• Définition du fait historique et de son interprétation
  • Réflexion sur le temps et la relativité en histoire
  • Les "grands hommes" et les rapports entre individu et société
  • Fonctions et pratique de l'histoire
  • Apparition et évolution des doctrines politiques : démocratie libérale, communisme, fascisme, absolutisme, césarisme, planisme, nationalisme, sionisme, catholicisme politique, islamisme politique, etc.
  • Composantes et mise en œuvre de ces doctrines politiques
  • Conditions de l'émergence et structures des régimes et formes d'Etat qui y correspondent

Défini comme le " droit de la société internationale ", il est tributaire de la composition de celle-ci. Le cours débute donc par un retour rapide sur la notion d'Etat dont le droit international protège les éléments et la souveraineté. Mais il existe d'autres sujets du droit international telles les organisations intergouvernementales, les personnes privées (pensons à la protection des minorités) ou les ONG.
Dans un premier moment, je reviendrai sur les origines du droit international public (droit des gens), insistant sur le fait qu'initialement, il portait sur les relations entre États, en particulier sur la régulation des rapports internationaux. Dans un deuxième temps, je montrerai que depuis 1945, il porte aussi sur les organisations internationales nées de la Seconde Guerre mondiale et de la Guerre froide. J'insisterai sur la naissance de l'Union européenne (CECA, CEE, etc.) ainsi que sur celle de l'ONU,
Je consacrerai plusieurs leçons aux organisations internationales, tant à vocation mondiale qu'à vocation régionales. Seront ainsi abordées pour les premières, l'Organisation des Nations Unies, et ses différentes agences, comme le HCR et l'UNICEF par exemple, ainsi que des organisations comme l'OIT, l'OMC, l'OMS... J'en étudierai l'origine ainsi que ses évolutions attributions, avec un focus particulier sur le maintien de la paix.

Travail écrit et oral de lecture critique dans le texte lui-même de grands auteurs.
Interrogation de la diversité des approches politiques à l'intérieur d'un même courant de pensée.

  • Histoire socio-économique et politique de l'Europe
  • Apparition et évolution des idées politiques libérales et socialistes (utopique, marxiste, réformiste, communiste)
  • Composantes de ces idées politiques
  • Conséquences historiques pratiques de ces idées

Introduction/définition

  • Leçon 1/ Qu’est-ce que la science politique ? Histoire et définition d’une discipline
  • Leçon 2/ Qu’est-ce que la/le politique ?

1/Les contours de l’État

  • Leçon 3/ Qu’est-ce que le pouvoir politique
  • Leçon 4/ Une société sans État est-elle possible ?
  • Leçon 5/ Comment l’État s’est-il formé et développé ?
  • Leçon 6/ Quelles sont les formes de l’État ?

2/Les régimes politiques

  • Leçon 7/ Qu’est-ce que la démocratie ?
  • Leçon 8/ Autoritarismes et totalitarismes
  • Leçon 9/ Les populismes et les régimes illibéraux
  • Définition d'un travail de recherche en sciences politiques
  • Méthodologie de la construction de ce travail de recherche
  • Mise en contexte et interrogation critique de la diversité des approches politiques d'une même question
  • Analyse critique d’un travail de recherche
  • Les différents types de partis politiques et leur idéologie
  • La formation et l'évolution des partis politiques (avec une attention spéciale aux partis belges)
  • Les rapports entre idées et partis politiques (mise en œuvre, transformations, déformations)
  • Etude (individuelle ou en groupe) d'un parti politique : histoire, doctrine, structure, programme, influence, etc.

Selon les idéaux des sciences modernes, les faits que la recherche fondamentale produit seraient neutres et apolitiques. Suivant cette logique, des questions éthiques et politiques ne se posent que par rapport à l’application des savoirs issues de la recherche dans des contextes sociaux concrets. Dans un premier volet le cours problématise – introduisant ainsi les étudiants à certains notions développés par les Science-Studies –  la distinction même entre recherche fondamentale et recherche appliquée qui est constitutive pour une conception neutre des sciences. À travers une série de cas historiques et contemporains – de la question du nucléaire aux recherche pharmacologiques, du climat scepticisme à la recherche sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) – , le cours poursuit dans un deuxième volet le but de sensibiliser les étudiantes à la multiplicités des modalités d’intrication entre des intérêts politiques et économiques et la recherche dite fondamentale. Dans un troisième volet le cours pose la question si une « autre science est possible » et introduit les étudiants à une série de réflexions contemporains qui tentent à répondre à cette question (Naomi Oreskes, Isabelle Stengers etc.).

  • La sociologie, les sciences politiques et la sociologie politique
  • Les grands courants théoriques de la sociologie
  • La formation de la sociologie politique
  • L'objet de la sociologie politique
  • Le systémisme
  • Les biais subjectifs de la sociologie politique

Le contenu de cet enseignement est destiné à des étudiants de BA3 en sciences humaines et sociales, ayant suivi, au cours de leur cursus, plusieurs cours de sciences politiques et d’histoire des idées politiques. S’ils ont développé dans leur cursus des savoirs et des compétences dans l’analyse des phénomènes publics, il s’agit maintenant de leur donner des clés de compréhension à la politique internationale, régie par le droit. Il s’agira d’initier les étudiants aux grandes lignes du droit international (ses théories, sa pratique). Son objectif est de développer les outils (connaissances et compétences) permettant la compréhension et l’analyse du droit international (c’est-à-dire les normes juridiques régissant les relations entre les États, les communautés supra-étatiques et les organisations non gouvernementales), qui peut se manifester au travers de phénomènes politiques internationaux, tels que les conflits des ressources frontalières, les guerres, les persécutions des minorités ethniques et/ou religieuses, etc. 

Le droit international public régit principalement les relations entre État, afin notamment d’encadrer et de réguler ces rapports internationaux. Il impose en ce sens un certain nombre d’obligations, de droits, de principes juridiques en matière de reconnaissance (d’État et de gouvernement), d’immunités (des États, des organisations et de leurs agents respectifs) ou quant à la délimitation et au régime juridique applicable à certains espaces (maritime, aérien, extra-atmosphérique) et à certaines voies de circulations et/ou ressources naturelles (canaux, fleuves, lacs internationaux) par exemple.